Le cycle d’apprentissage

Il y a quelques jours, une vidéo a circulé dans le milieu des professionnels de la remise en forme. Une star Youtube du fitness participait à une émission matinale sur BFM TV. Elle y présentait un nouveau moyen de se remettre en forme : les kettlebells, et son mouvement principal, le switch (sic).

Je ne perdrai pas trop de temps à commenter la prétendue nouveauté des kettlebells, dont la première occurence apparait dans un dictionnaire russe en 1704, et que l’on peut observer sur de nombreuses images datant du XIXème siècle et avant…

Arthur Saxon, réalisant un « bent press », fin XIXème. Notez le kettlebell, au sol (probablement en prélude à ce qu’on appelle un « Two hands anyhow »)

Nous ne jetterons pas non plus la pierre sur ce coach. Elle a fait ce qu’elle a pu dans les conditions d’un plateau de télé, en ayant eu peu de temps pour se former à présenter le mouvement correctement.

Le point important, ici, est que le swing avec kettlebell est présenté comme s’il était facile de le réaliser après l’avoir simplement vu.

Cela m’a fait penser à ces coaches que l’on voit si souvent dans les salles et sur les vidéos YouTube. Pour ne pas perdre leurs clients, ils essaient de leur faire faire un maximum de mouvements compliqués. Ils évitent surtout de les faire passer par les phases, parfois frustrantes, mais ô combien nécessaires, du cycle d’apprentissage.

Voyez-vous, si quelqu’un vient me voir pour apprendre les swings, je vais d’abord avoir une discussion pour savoir si le mouvement, le swing, est bien ce dont il a besoin. J’irai même jusqu’à remettre en question, s’il le faut, la modalité. Peut-être que le poids de corps ou la barre olympique seront plus appropriés pour cet élève. Mais même si nous arrivons à la conclusion que le swing est un bon mouvement à pratiquer, nous allons d’abord passer par différentes phases d’apprentissage. L’élève ne sait pas réaliser un swing. Il le sait, il est donc consciemment incompétent.

Il ne peut pas devenir subitement inconsciemment compétent.

Il y a un process à respecter. Au début, il faudra s’assurer que la flexion de hanche est correcte. Sans kettlebell. Puis nous passerons au soulevé de terre. Enfin, peut-être introduirons-nous quelques swings, une répétition à la fois. Ce process est celui que trop de coaches Youtube ne respectent pas. Ils vous font croire qu’il suffit de voir une vidéo et de singer le mouvement pour savoir le réaliser sans réfléchir.

Vous êtes libre de suivre ces gourous en vidéo.

Vous pouvez aussi décider d’apprendre les bonnes techniques, et de prendre le temps de les apprendre correctement. Oui, cela peut aussi se faire en vidéo, mais à condition de suivre les étapes.

Vous savez où nous trouver. Avec nous, il faudra fournir des efforts. Cela va prendre plus de temps. Mais les résultats, et surtout la sécurité de la pratique, n’en valent-ils pas la peine ?

{"email":"Email address invalid","url":"Website address invalid","required":"Required field missing"}

A propos de l'auteur

jef

Jean-François "jef" Lopez accompagne depuis 2016 des cadres et dirigeants occupés sur le chemin de la forme durable.
Ancien sportif autour de la vingtaine, devenu gros, faible et complètement hors de forme autour de la trentaine, Jean-François a décidé de réagir et de retrouver la forme.
Lors de cette quête, il a été amené à changer son approche de la remise en forme.
De nombreuses rencontres avec les meilleurs instructeurs de la planète, dont Pavel Tsatsouline, l'ont en effet convaincu que le paradigme de la souffrance et de l'effort démesuré n'était pas le plus adapté pour durer. C'est comme cela qu'est né le concept de "forme durable".
En plus de son expérience personnelle, Il se forme continuellement, et est ainsi devenu instructeur certifié StrongFirst Elite (SFG2, SFB, SFL), spécialiste du mouvement fonctionnel et de la souplesse (FMS2, FCS, YBT, Flexible steel niveau 2), expert en respiration (instructeur avancé Oxygen advantage, praticien Buteyko) et coach en nutrition (PN).
Il est également détenteur d'une certification d'entraîneur personnel (ACE-PT, accrédité par la NCCA) et inscrit au registre européen des professionnels du sport EREPS.

>